Des radios syriennes partagent leurs expériences

1 septembre 2015

Le 21 et le 22 juillet 2015, 13 radios alternatives syriennes et 9 radios de pays arabes de la région se sont rassemblées à Gaziantep (Turquie) afin d’engager une réflexion collective et de partager des pratiques éditoriales entre radios opérant dans des situations de conflit, de post-conflit ou de transition difficile.

La Syrie est l'une des zones les plus dangereuses pour les professionnels des médias depuis quatre ans. En dépit des risques croissants dus à la multiplication des groupes armés, de nouvelles radios voient le jour, d'abord en ligne mais aussi en FM, à la fois en exil et sur le territoire syrien. La créativité de leurs productions et l'information vitale, proche des préoccupations des populations, qu'elles diffusent, contribuent à l'avènement d'une nouvelle société civile.

Pendant deux jours, 42 journalistes, dont 32 d'origine syrienne, ainsi que des managers et consultants ont participé à la conférence organisée par CFI.
Parmi les questions abordées :
- comment diffuser sur les ondes FM dans des contextes de conflit ?
- quel modèle économique adopter pour garantir indépendance et viabilité ?
- comment gérer la sécurité des reporters sur le terrain ?

Cette conférence a permis de mesurer l'ampleur du chemin accompli, de bénéficier de l'expérience de radios du Yémen, de Lybie, de Jordanie, d'Iraq, de Tunisie ainsi que des Balkans (Serbie et Bosnie), et de dresser une feuille de route pour renforcer les réseaux de médias indépendants syriens et contribuer à la professionnalisation de leurs équipes.

« Cette conférence a été la première dédiée spécifiquement aux radios syriennes
et à leur rôle dans le contexte actuel »,
a souligné Ali Safar, journaliste de Radio Sawt.

Des recommandations communes

À l'issue de ces deux journées, les participants ont formulé des recommandations communes :

Pour les radios :
- Adopter un discours médiatique appelant à la paix civile et insister sur la nécessité de faire intervenir des valeurs de justice transitionnelle ;
- Adopter unanimement une charte déontologique ;
- Appeler à la mise en place d'un fonds commun pour aider les journalistes sinistrés pendant leur missions professionnelles ; appeler à s'intéresser aux droits des correspondants et des employés, à soumettre leurs conditions de travail à des règles explicites et à leur assurer toute forme de soutien ;
- Appeler à adopter le plus haut degré de transparence dans la relation entre les radios et leur personnel d'une part, et entre les radios et leur public d'autre part, surtout en ce qui concerne les sources de soutien dont bénéficient les radios ;
- Favoriser le développement et la diffusion de campagnes médiatiques nationales communes.

Pour les bailleurs de fonds :
- Améliorer l'information et la communication sur les fonds existants afin de favoriser une certaine transparence et équité pour l'accès des radios à ces fonds ;
- Favoriser une mise en réseau entre les structures médiatiques et les structures de la société civile actives et soutenues par les donateurs ;
- Appeler les donateurs à contribuer à la mise en place et au soutien d'un fonds commun d'aide aux journalistes sinistrés par la guerre.

Pour les organismes partenaires :
- Communiquer avec les médias internationaux pour créer un espace d'échange des informations et des reportages, de manière à garantir aux quatre coins du monde l'accès de l'auditeur à une information produite par les médias syriens ;
- Créer des programmes d'échange comprenant des visites de journalistes travaillant dans les radios syriennes auprès des médias internationaux ;
- Aider les radios dans leurs recherches de sources d'autofinancement.

Fin septembre, le Syrian Media Incubator organisera et accueillera deux jours d'ateliers sur le rôle de la presse écrite en Syrie et plus généralement dans les zones de conflit et de transition difficile.

Lire l'étude sur les nouvelles radios syriennes, réalisée par Soazig Dollet pour CFI (juin 2015)

Lire les recommandations faites aux radios syriennes (juillet 2015)

Programme de la conférence des 21 et 22 juillet 2015