Évaluation du projet EBTICAR

Évaluation du projet EBTICAR

10 octobre 2017

En 2014, CFI a lancé le projet EBTICAR avec le soutien de l'Union européenne. Après sa clôture, en mars 2017, l'agence a fait réaliser son évaluation finale par un cabinet externe. Synthèse des résultats.

EBTICAR (E-booster for technical and Innovative Contents in the Arab region, ou « innovation » en langue arabe) a cherché à améliorer l'information fiable et diversifiée dans le débat démocratique en renforçant la capacité et la crédibilité des acteurs des médias en ligne de la Méditerranée du Sud dans leur environnement socio-professionnel, grâce à la consolidation de la fourniture d'informations.

L'accent a été mis sur quatre résultats :
Axe 1 : Les acteurs de l'information en ligne se professionnalisent et ont accès à des formations répondant à leurs besoins ;
Axe 2 : Les acteurs de l'information en ligne s'engagent dans la pérennisation de leur média et travaillent à la définition de modèles économiques ;
Axe 3 : Les acteurs de l'information en ligne sont rassemblés et défendus par des organisations professionnelles reconnues et actives ;
Axe 4 : Les acteurs de l'information en ligne nouent des partenariats et échangent sur leurs pratiques.

L'objectif spécifique était de « renforcer le débat démocratique et améliorer le développement économique dans les pays du sud de la Méditerranée » (Algérie, Égypte, Libye, Jordanie, Liban, Maroc, Syrie, Tunisie et Territoires palestiniens). Les groupes cibles du projet étaient les acteurs numériques émergents (radios web, pure-players, journalistes citoyens, blogueurs) ainsi que les médias traditionnels (radio, télévision, presse) à la recherche d'une transition numérique.
EBTICAR a été initialement conçu comme un programme de subvention avec un dispositif d'appel à propositions dans lequel 75% du budget initial du programme de l'Union européenne était consacré au soutien des projets des médias numériques. Selon la conception du programme de l'UE, les principales activités consistaient au lancement d'appels à propositions, la sélection de projets de médias en ligne et le soutien administratif, technique et financier de la mise en œuvre de micro-projets en ligne visant à satisfaire les quatre résultats attendus.

EBTICAR a été mis en œuvre du 1 er janvier 2014 au 30 avril 2017 par CFI et ses quatre partenaires : la Fondation Samir Kassir, l'association Babelmed, la Fondation Anna Lindh et Expertise France. Le budget initial du programme était de 1.825.000 €, dont 1.500.000 € financés par une subvention de l'UE et 325.000 € par CFI.

En mars 2017, CFI a chargé Transtec de réaliser l'évaluation finale du projet EBTICAR. Son objectif principal était d'évaluer dans quelle mesure ce programme régional mis en œuvre dans les pays du sud de la Méditerranée a permis l'intégration des médias en ligne dans leur environnement socio-professionnel, notamment vis-à-vis des quatre résultats attendus. Elle a également cherché à évaluer si CFI a répondu aux attentes d'EBTICAR et de quelle façon la gestion de CFI et de ses partenaires a permis d'atteindre les résultats escomptés.

Une approche méthodologique rétrospective et prospective

La méthodologie appliquée pour cette évaluation reposait sur une approche rétrospective et prospective. L'évaluation globale d' EBTICAR est divisée en quatre phases, chacune consistant en des examens et des analyses des différents aspects du fonctionnement du programme. Ces différentes phases aboutissent à un rapport d'évaluation final. La collecte de données a été entreprise en étroite collaboration avec CFI. La recherche documentaire a porté principalement sur l'analyse de la documentation de la gestion d'EBTICAR, la nature des partenariats des membres du consortium et les évaluations des contexte pays qui ont été détaillées lors des entretiens menés avec les membres de CFI. La reconstruction de la logique d'intervention a permis d'élaborer une matrice d'évaluation et une liste de questions évaluatives, qui complètent les questions des termes de références. Quatre questions d'évaluation, 13 sous-questions et 49 indicateurs de jugement ont été développés dans le cadre de cette évaluation.

Le travail de terrain a été mené en Égypte, en Tunisie et au Liban. Un groupe de discussion a eu lieu au Liban avec les bénéficiaires directs libanais et jordaniens afin d'évaluer le degré de partenariat entre les bénéficiaires du programme et leur appréciation de la gestion par CFI. Le travail de terrain a consisté à mener des entretiens individuels, à organiser des groupes de discussion et des entretiens à distance, y compris avec les partenaires de CFI, les bénéficiaires directs d' EBTICAR, les bénéficiaires finaux qui ont participé aux activités des projets mise en œuvre par les bénéficiaires d'EBTICAR et les parties prenantes. Des entretiens avec les parties prenantes ont permis d'évaluer les problèmes spécifiques qui se posent au niveau de chaque pays et la cohérence entre les programmes européens régionaux et bilatéraux d'appui aux médias en ligne.

Deux enquêtes électroniques ciblées sur les bénéficiaires et les bénéficiaires finaux, c'est-à-dire les personnes ayant participé à des activités et/ou leur audience en ligne ont été développées. La combinaison d'analyses quantitatives (par exemple, examen des 19 projets, nombre de pays couverts, etc.) liée à des analyses qualitatives (par exemple, la satisfaction des bénéficiaires, les facteurs contextuels) a permis d'évaluer tous les critères. Au-delà des difficultés rencontrées pour atteindre le public en ligne des bénéficiaires, aucune autre limitation n'a été rencontrée au cours de cette évaluation.

Une logique d'intervention adaptée

Toutes les activités planifiées d' EBTICAR ont été mises en œuvre dans les temps impartis (avec une extension de quatre mois par rapport au calendrier initial). Les objectifs du programme sont cohérents avec la politique de voisinage de l'UE, en particulier avec les besoins de systèmes d'information fiables et diversifiés. Depuis les printemps arabes, la plupart des espaces d'expressions, y compris l'expression en ligne de ces pays, sont caractérisés par l'absence de système d'information indépendant et le manque de compétence journalistique ainsi que le manque d'organisation de système médiatique professionnel et indépendant.
À cet égard, EBTICAR s'est révélé adéquat pour préserver ces acteurs en ligne de toute ingérence. Bien que la conception du programme de l'UE, via les quatre résultats escomptés, réponde aux principaux problèmes rencontrés par les médias numériques, EBTICAR n'a pas pu totalement prendre en compte les problèmes auxquels sont confrontés les acteurs en ligne.

Le résultat spécifique est ambitieux par rapport aux modalités prévues. Nonobstant, la logique d'intervention de CFI et de ses partenaires s'est révélée très pertinente car les acteurs des médias numériques ont été mis au centre du processus, en prenant en compte la diversité des profils des acteurs numériques, leurs besoins, la nature des projets. Le système de sélection de CFI basé sur des entretiens individuels a permis d'identifier les forces et faiblesses des projets présentés par les médias numériques. L'organisation des ateliers et des séminaires avec les bénéficiaires à divers endroits ainsi que l'interaction régulière avec eux a permis d'apporter un soutien ad hoc à chaque étape de la mise en œuvre du programme et de rapprocher des bénéficiaires des objectifs du projet.

Selon les entretiens menés avec les bénéficiaires, le processus de sélection de CFI a été une étape cruciale pour construire des relations de confiance avec les futurs bénéficiaires et mieux appréhender les défis du projet. La plupart des bénéficiaires ont mentionné avoir eu, pour la première fois, la possibilité de recevoir une subvention. L'approche méthodologique basée sur un appui de conseil et sur le dialogue permanent avec les acteurs numériques a créé une forte appropriation du processus EBTICAR.

Il est d'ailleurs surprenant de constater que les bénéficiaires se réfèrent à une communauté EBTICAR lorsqu'ils en parlent. Les projets en cascade sélectionnés ont facilité l'accès à un large panel d'acteurs émergents tels que les radios web, les journalistes citoyens et les blogueurs. La capitalisation des échanges périodiques avec les acteurs numériques a permis à CFI et à ses partenaires de collecter, documenter et publier en 2015 une étude intitulée Panorama des médias en ligne dans le monde arabe en 2015.

Une relation coût-bénéfice positive

L'analyse des facteurs d'efficience démontre une excellente gestion technique, administrative et financière assurée par CFI et ses partenaires. Compte tenu du nombre d'activités réalisées par rapport aux dépenses de personnel, la mission d'évaluation considère que la relation coût-bénéfice est positive. CFI a utilisé son propre budget pour surmonter le manque de mesure d'accompagnement dans la conception du projet. La provision de services multiples fournis par CFI et ses partenaires, en particulier les services fournis par l'association Babelmed et la Fondation Samir Kassir selon leurs compétences respectives, ont répondu directement aux besoins prioritaires des bénéficiaires en termes de contenu d'information, de compétences journalistiques ainsi qu'en termes de défis techniques rencontrés par les médias en ligne. La provision de services facilitant les publications conjointes entre les bénéficiaires d'EBTICAR sur le site web de Babelmed, les services d'édition, les services de traduction ainsi que les services sur les droits de propriété intellectuelle fournis par la Fondation Samir Kassir ont amélioré la performance, la crédibilité et la visibilité des bénéficiaires.

Les bénéficiaires ont eu l'opportunité de rencontrer d'autres acteurs des médias grâce à leur participation à sept ateliers appelés « Forums 4M » organisés par CFI. Ces ateliers leur ont donné l'occasion d'échanger des pratiques et des expériences. La valeur ajoutée de CFI et de ses partenaires réside essentiellement dans la création d'un cadre de programme d'assistance ad hoc en vue d'améliorer la gestion des organisations en ligne, créer les conditions de partenariats et des benchmarks de performance plutôt que de traiter les 19 projets en tant qu'actions isolées. Conformément aux objectifs du programme, 75% de la subvention a été alloué aux 19 bénéficiaires via l'organisation de deux appels à propositions. Tous les bénéficiaires ont dépensé 100% de leur budget à temps.

Un impact visible et concret

Le projet EBTICAR a atteint un niveau d'efficacité très satisfaisant car, il a réussi à former et à mobiliser 350 journalistes, y compris des journalistes citoyens. Plus de 25 collaborations ont été initiées entre les bénéficiaires. De nombreux partenariats ont également été réalisés entre les bénéficiaires, avec Babelmed, et avec d'autres médias traditionnels et organisations de la société civile. 250 articles ont été publiés par Babelmed ainsi que 5 dossiers thématiques réalisés conjointement par les bénéficiaires. Bien que la plupart des projets sélectionnés étaient des projets en ligne à portée nationale, EBTICAR s'est révélé efficace pour surmonter les frontières géographiques en stimulant les collaborations transnationales et multi-sectorielles, notamment en sollicitant des collaborations entre les acteurs des médias sociaux avec les acteurs des médias d'information.
La qualité d' EBTICAR a été dûment reconnue et 11 récompenses internationales ont été décernées aux bénéficiaires.

EBTICAR a eu un impact visible et concret sur les bénéficiaires. 90% d'entre eux ont déclaré utiliser l'acquis de ce programme en termes de compétences organisationnelles et de gestion ainsi que les compétences journalistiques et technologiques acquises. La grande majorité des bénéficiaires confirme que leur audience a augmenté.La plupart ont affirmé qu'il a constitué une étape fondamentale dans leur développement en ligne. Il a également modifié les perceptions des bénéficiaires en ouvrant de nouvelles opportunités de collaboration et en augmentant leur appétit pour produire des informations de qualité.

En termes de durabilité, il convient de souligner que toutes les organisations bénéficiaires sont toujours actives et continuent de développer leurs activités. De nouvelles plateformes ont été créées par les bénéficiaires eux-mêmes. EBTICAR est devenu une référence et a attiré le financement d'autres donateurs tels que la région PACA dans le sud de la France.
Néanmoins, ces médias restent extrêmement sensibles aux influences politiques et économiques.

Un projet efficace mais dont l'impact demeure fragile

Sur la base des constats de l'évaluation, les objectifs d' EBTICAR de l'UE restent ambitieux et l'objectif macro du programme semble être déconnecté des modalités du projet micro et de sa durée de 36 mois. Au-delà du soutien technique, financier et administratif des projets sélectionnés dans le cadre des appels à proposition, des mesures d'accompagnement allant au-delà des projets mériteraient d'être mises en place pour répondre aux besoins structurels des acteurs au-delà de la portée du programme.