Sécuriser les médias syriens

21 juin 2015

En Juin 2015, Reporters Sans Frontières, partenaire de CFI dans le cadre de l'incubateur de médias syriens, a mené une mission de sécurisation des connexions de plusieurs médias proches de la frontière syrienne en Turquie. Rencontre avec Jean-Marc Bourguignon, en charge de la sécurisation des médias pour RSF.

L' incubateur de medias syriens vise à favoriser la production et la diffusion de contenus médiatiques de qualité par les médias syriens. L'incubateur, situé dans la ville de Gaziantep, proche de la frontière syrienne en Turquie, organise des formations destinées aux journalistes syriens et met à leur disposition des équipements professionnels (studio, caméras, etc.).
" Garantir la confidentialité des communications des journalistes et la protection de leurs données des médias est indispensable dans le contexte syrien", explique Jean-Marc Bourguignon. "Les médias syriens sont à la fois sous surveillance des autorités turques et des acteurs syriens. Pour garantir la sécurité des journalistes et prévenir les piratages qui peuvent paralyser le travail des médias, il est essentiel de sécuriser les connexions internet et les données des médias."
" Trois médias ont déjà été sécurisés par RSF en janvier dernier et une mission à la fin de l'été permettra de sécuriser d'autres médias."

En intervenant pour sécuriser le parc des équipements d'un groupe média et pour former ses responsables, CFI et RSF s'assurent ainsi qu'une culture de la sécurisation soit développée chez les journalistes syriens et qu'une partie de la chaîne de communication (entre les journalistes indépendants et les rédacteurs basés en Turquie) soit sécurisée.
Ce sont finalement de potentiels formateurs, pouvant avoir un impact plus important dans la transmission des techniques de sécurisation auprès des journalistes syriens actifs à l'intérieur du pays, qui sont formés.

Grâce aux missions effectuées dans chaque média, personne ne peut avoir accès aux mails envoyés par les journalistes, aux sites consultés, aux documents imprimés, ainsi qu'aux données stockées. " Notre but est surtout de faire monter en compétence une personne référente par média sur la sécurité des communication et des données. L'idée est vraiment de renforcer les capacités des médias syriens", souligne Jean-Marc Bourguignon.

A la fin de l'été, une formation aura lieu sur ces questions à Gaziantep afin que les médias syriens soient pleinement autonomes sur la sécurité des communications.