Terra Média : Reportages dans le Grand Sud

15 février 2017

Une session de perfectionnement à la production de magazines radiophoniques sur le changement climatique s'est tenue du 23 janvier au 4 février 2017. Une occasion pour les dix journalistes sélectionnés de partir en reportage dans le Grand Sud de Madagascar.

Se confronter aux réalités de production de terrain, comprendre les enjeux et les impacts réels du changement climatique : tels étaient les principaux objectifs de cette nouvelle session du projet Terra Media qui a réuni pendant deux semaines les 10 journalistes de radios de proximité malgaches

Après une semaine de perfectionnement aux techniques du montage et à la recherche documentaire sur le web à Antananarivo, les journalistes se sont envolés pour le sud de l'Ile, à Tuléar, pour réaliser des reportages de terrain sur différentes thématiques en lien avec les impacts du changement climatique, particulièrement visibles dans cette partie très vulnérable de l'île.

Sous la direction d'Arnaud Jouve, journaliste environnement chez RFI, le groupe a travaillé sur l'impact du changement climatique sur la biodiversité marine et la vie du littoral.
Avec l'appui de Wildlife Conservation Society (WCS) à Tuléar, les journalistes ont élaboré des sujets sur l'Aire Marine Protégée de Soariake en allant interroger les populations locales dont les modes de vie sont, depuis plusieurs années, particulièrement affectés par le changement climatique.

Dans un second temps, les journalistes se sont penchés sur les questions de sécurité alimentaire dans la région de Betioky, au sud-ouest de Madagascar.
Avec l'expertise d'ACF (Action contre la Faim) et AVSF (Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières), le groupe a pu réaliser plusieurs sujets sur la malnutrition provoquée par l'augmentation de l'imprévisibilité des régimes climatiques et sur l'impact des politiques d'adaptation et de solutions menées par les différents opérateurs auprès des communautés locales.

En étant confrontés à ces réalités de terrain, les journalistes ont pris conscience de l'ampleur et de la gravité des effets néfastes de la variabilité climatique dans cette région de l'ile particulièrement touchée. De là est née la conviction de créer davantage de débats autour de ces questions pour lesquelles les gouvernants doivent être également redevables :

"À l'issue de cette session, je vais mettre en place une émission-débat radiophonique, pour confronter les points de vue et interpeller sur ce Grand Sud oublié", conclut Tovoroy, journaliste à la RMN.