Inauguration du premier studio mobile d’une radio associative dans la région MENA

3 avril 2019

Le mini-van équipé d'un studio mobile du projet Échos des voix féminines a été inauguré le 29 mars 2019 au Maroc. Les contributrices, journalistes et acteurs de la société civile présents ont découvert le fruit de plusieurs mois de réflexion et de travail.

L'idée d'un projet peut parfois tenir à une rencontre. Ou à mini-bus qui passe dans la rue. "L'équipe d'AIC réfléchissait à une idée de projet dans le cadre de l'appel à projets de D-Jil lorsqu'un mini-bus est passé », raconte Azeddine Aabbar, chargé de projet pour AIC (Association Initiatives Citoyennes) d'Échos des voix féminines... "Ils se sont dit : pourquoi ne pas créer un studio aménagé ?!"L'aventure folle était lancée.

Aujourd'hui, le mini-van est équipé d'un studio mobile et est indépendant énergétiquement grâce à deux panneaux solaires d'une capacité de 1000 watts chacun. "Cela permet d'alimenter la régie et la lumière. L'énergie est stockée dans des batteries puis convertie grâce à un convertisseur-onduleur pour obtenir 220 volts." Le studio peut accueillir six personnes (dont un animateur) ainsi qu'un régisseur à l'arrière du véhicule.
"Nous avons également des micros baladeurs et on pense pouvoir enregistrer tout en se déplaçant mais cela n'a pas encore été testé."

Donner la parole aux femmes

Le design du mini-van met à l'honneur les femmes. Il ne passe pas inaperçu. L'idée est venue… du design d'une tasse de café. "Pendant l'habillage, qui se faisait dans la rue, les passants se posaient des questions. Mêmes les techniciens ont trouvé ce projet audacieux", explique Azeddine. "Ils disaient que c'est bien de donner la parole aux femmes mais qu'eux aussi aimeraient profiter d'un tel projet", souligne-t-il en souriant.

Le mini-van a été aménagé à Casablanca car les matériaux nécessaires n'étaient pas disponibles à Marrakech. "Notre prestataire a fait des aménagements de studios de radios publiques dans les "La conception a été toute une histoire !"années 50-60 et lorsqu'il a vu le projet, il s'est passionné pour celui-ci et nous a donné beaucoup de conseils." L'équipe d'AIC a travaillé avec cinq graphistes et des professionnels de la radio.
Aujourd'hui, Azeddine est heureux d'annoncer : "Notre ami Mohamed Leghtas, expert en radios associatives, nous assure que c'est le premier studio mobile d'une radio associative dans la région MENA (Middle East and North Africa) !"

Cinq membres d'AIC sont pour l'instant formés à gérer la régie, dont Cheima el Hajjam, chargée de production pour le projet et étudiante en journalisme à l'ISIC (Institut Supérieur de la Formation et de la Communication). Les contributrices, elles, ont été surprises et heureuses du concept. Elles se l'approprient déjà avec bonne humeur.
La première interview
a déjà été réalisée sur place.

"On veut former des animatrices et les impliquer dans la production", promet Azeddine. "On veut que les femmes prennent la parole et aussi qu'elles prennent le contrôle des micros !"