Faux médicaments, enfants domestiques, autoroute inachevée… le journalisme d’investigation existe au Maghreb

Le journalisme d’investigation existe aussi au Maghreb

10 décembre 2014

16 journalistes venus de Mauritanie, du Maroc, d'Algérie et de Tunisie ont suivi un cycle de formation au journalisme d'investigation organisé par CFI entre décembre 2013 et décembre 2014.

Objectifs : mieux maîtriser les outils de l'enquête au long cours puis produire et publier leur travail sur des questions de corruption, de transparence et de droit à l'information.

Cinq de ces enquêtes viennent d'être publiées, portant par exemple sur le trafic de faux médicaments en Mauritanie, les enfants domestiques en Tunisie ou encore la mythique autoroute Est-Ouest en Algérie.
La clôture de ce projet soutenu par l'UNESCO et le ministère français des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) s'est déroulée du 1er au 3 décembre 2014 à Tunis.

Le journalisme d'enquête est encore peu développé dans les pays du Maghreb. Pourtant, la lutte contre la corruption est aux premiers rangs des défis globaux auxquels ces pays sont confrontés.

Partant de ce constat, CFI a mis en place à la demande de la sous-direction de la gouvernance démocratique du MAEDI, de l'ambassade de France en Tunisie et du bureau régional de l'UNESCO à Rabat, cinq sessions d'accompagnement et de formation à l'enquête organisées à Tunis entre décembre 2013 et décembre 2014.
Elles étaient notamment consacrées aux spécificités des méthodes d'investigation, à la protection du journaliste, à ses droits et devoirs tels qu'ils sont définis par les conventions et textes internationaux, à la vérification des sources ou encore à la cyber-surveillance.
Sont notamment intervenus les journalistes François Bonnet et Fabrice Arfi (Médiapart), Pierre Haski (Rue89), Nicolas Beau (Marianne/Mondafrique) et le journaliste indépendant marocain Ali Lmrabet.

Une quinzaine de journalistes maghrébins ont suivi ce cycle, sélectionnés parmi plus de 40 candidatures émanant de la presse écrite ou en ligne à l'issue d'un appel à projets lancé en octobre 2013. Les participants, parrainés par leur rédacteur en chef, se sont engagés à réaliser une enquête publiée dans leur journal ou sur leur site internet dès la fin de la formation.
Chaque journaliste a été suivi par un tuteur tout au long de son travail d'enquête.

À ce jour, cinq enquêtes ont été publiées

La première, diffusée en avril par le journaliste algérien Ilyas Hallas porte sur le projet d'autoroute Est-Ouest, lancé il y a 8 ans et toujours inachevé, qui a donné lieu à une spectaculaire entreprise de corruption.
Pour sa part, le Mauritanien Ibou Badiane s'est intéressé au trafic de faux médicaments dans son pays, devenu l'une des plaques tournantes de ce commerce en Afrique de l'Ouest.
La Tunisienne Synda Tajine a enquêté sur la traite des jeunes filles domestiques en Tunisie, parfois victimes de violences de la part de leurs employeurs.

L'équipe de journalistes lors de la dernière session à Tunis, le 3 décembre dernier.
Crédit : Mathieu Magnaudeix (Twitter : @mathieu_m)

Découvrez les 5 enquêtes sur le site de Médiapart.

La session de clôture à Tunis, du 1er au 3 décembre 2014, a rassemblé tous les journalistes formés dans le cadre de ce cycle, pour un bilan avec le coordinateur pédagogique et un atelier d'écriture sur les enquêtes à finaliser. Grégoire Pouget, de Reporters Sans Frontières, a animé un atelier Kit de sécurité RSF sur la protection des données.
Enfin, les participants ont pu dresser un état des lieux du journalisme d'investigation dans chacun des quatre pays lors de la dernière journée.

Partout, l'envie d'enquêter existe, et de plus en plus souvent le courage de publier aussi ; notre rôle est d'apporter à ces enquêteurs curieux et courageux les outils et les méthodes des meilleurs journalistes d'investigation que nous avons la chance d'avoir en France.
Étienne Fiatte, Directeur général de CFI.

Liste des 5 enquêtes d'investigation

Algérie :
"Autoroute Est-Ouest en Algérie : un milliard de dollars de commissions, mais pas de procès" par Ilyas Hallas

Mauritanie :
"Zone franche de Nouadhibou : recherche investisseurs désespérément" par Mohamed Sneiba

Mauritanie :
"La Mauritanie, malade des faux trafics de médicaments" par Ibou Badiane

Tunisie :
"Pour l'état tunisien, les enfants domestiques sont des fantômes" par Synda Tajine

Algérie :
Les émirs saoudiens braconnent en toute impunité les espèces protégées par Souad Belkacem et Isma Remla