Témoignage d’Achraf El Barhrassi, boursier MediaLab Campus

2 septembre 2019

En juin 2019, le projet MediaLab Campus a attribué des bourses à dix étudiantes et cinq étudiants d'écoles de journalisme, d'Europe et du pourtour méditerranéen, souhaitant partir en stage dans un média étranger durant l'été. Achraf El Barhrassi, étudiant à l'ISIC, au Maroc, en stage à France 24 à Paris en août 2019, évoque son expérience.

"J'ai entendu parler des bourses Medialab Campus par l'intermédiaire d'un ami qui est lui-même patron d'une radio privée au Maroc, puis via l'annonce accrochée au tableau d'affichage de mon institut trois jours après. Cette bourse représente un vrai tremplin pour moi, il s'agit de ma première expérience professionnelle à l'étranger. C'était une opportunité que j'attendais depuis plusieurs années !

"Je regarde la télévision depuis que j'ai 3 ans. J'ai toujours trouvé ça fascinant, surtout le JT avec des présentateurs ayant un charisme irréprochable. Les médias sont un domaine prestigieux au Maroc, dont l'accès n'est pas souvent ouvert à tout le monde, cela demande beaucoup de passion (c'est mon cas), de persévérance, de la patience pour grimper dans les échelons et surtout savoir maîtriser les bases. Je pense que le journalisme est aussi un acte de militantisme pour rendre le monde meilleur, en particulier pour faire entendre la voix des populations qui en ont besoin, des minorités dans leur ensemble.

"Mon stage s'est passé dans de bonnes conditions, dans un environnement cosmopolite et multiculturel. J'étais entouré de professionnels qui n'hésitaient pas à partager leur savoir, à me mettre dans le bain du métier. Je me suis retrouvé face à de personnes parlant plusieurs langues et dialectes, à parler plusieurs langues en une phrase, c'est juste magique ! J'ai posé ma voix dans des reportages des JT (secours de bateaux de migrants en Libye, manifestations à Hong-Kong), j'ai également fait de l'assistanat de rédaction pour coordonner les invités dont les "correspondants de France 24 dans le monde entier" qu'on reçoit pour les JT en direct sur différents sujets (Hong-Kong, l'Algérie, le Yémen, le Soudan, le G7, l'Italie, etc.). Cela consistait à trouver les bons intervenants, vérifier leur disponibilité ainsi que le format qui les arrange pour intervenir : Skype, Aviwest, téléphone, ou plateau."

"J'ai également fait beaucoup de supervision des JT dans les trois langues pour voir le traitement des mêmes sujets en 3 langues (arabe, anglais et français), pour relever les points communs ainsi que les points de divergence. J'ai aussi assisté à de nombreux JT en direct depuis la régie arabophone. J'ai sollicité le desk numérique et digital pour découvrir la production de vidéos d'informations courtes et les techniques du montage relatives aux contenus publiés sur les réseaux sociaux, le site internet de France 24 et l'application mobile.

"Être stagiaire au Maroc est totalement différent car on est souvent peu considéré et on apprend peu. En France, en revanche, le stagiaire a un statut, il est respecté car on estime que l'émancipation des jeunes est une priorité et que le stage est un processus de transmission qui doit se faire dans les règles de l'art. Je suis très heureux et fier d'avoir été stagiaire à France 24 car je me retrouve enfin dans le monde professionnel des médias et le faire à l'étranger est un privilège."