Wissal Idbella : découvrir comment le journalisme est pratiqué dans un pays voisin

Wissal Idbella : découvrir comment le journalisme est pratiqué dans un pays voisin

9 octobre 2019

En juin 2019, le projet MediaLab Campus a attribué des bourses à dix étudiantes et cinq étudiants d'écoles de journalisme, d'Europe et du pourtour méditerranéen, souhaitant partir en stage dans un média étranger durant l'été. Wissal Idbella, étudiante à l'ISIC, en stage au magazine Réalités en août-septembre, à Tunis, en Tunisie.

J'ai découvert les bourses Medialab Campus par hasard, en consultant de façon automatique le tableau d'affichage à mon école. J'apprends que 15 boursiers seulement seront choisis, je me dis que je n'aurai jamais une chance, et j'oublie le sujet ! Quelques jours après, avec l'aide de mes amis, je m'encourage et je postule.
On accepta ma candidature et je fus émue !

Cette bourse pour moi, est une clé magique grâce à laquelle j'ai pu ouvrir une porte qui me paraissait impossible à franchir. Je viens d'une famille à revenus modestes, et cela ne me permettrait jamais de payer un séjour à l'étranger pour effectuer un stage. C'est un grand soutien financier que Medialab Campus m'a procuré pour pouvoir vivre l'expérience et en tirer profit.

Ma formation de base était arabophone, je me demandais toujours si je pourrais exercer le journalisme dans un média francophone. Pour moi ce stage est une double opportunité, faire un stage à l'étranger et en même temps vérifier ce que je suis capable de produire en langue française. Ce stage est aussi une occasion pour découvrir comment le journalisme est pratiqué dans un pays voisin. J'ai entendu et lu que la Tunisie était bien classée par rapport à mon pays en ce qui concerne la liberté de presse, je voulais vérifier jusqu'à quel point cette presse est libre.

J'apprends beaucoup dans ce stage.C'est une expérience productive. Je suis bien encadrée. J'ai aussi de la chance, puisque j'assisterai dans quelques jours aux élections présidentielles, et je participerai à la couverture médiatique d'un événement marquant pour la Tunisie.

Je suppose que les autres stagiaires ont terminé leurs stages, j'espère qu'ils en ont profité pour découvrir la culture des pays accueillants. J'aurai bien aimé faire connaissance avec les autres stagiaires et nouer de nouvelles relations, mais malheureusement, personne n'a choisi de venir en Tunisie.

Pour ceux qui rêvent d'être journaliste je leur dis : Gardez votre passion ! Dans les moments difficiles vous en aurez besoin, elle vous rappellera la raison de votre choix. C'est cette passion qui vous aidera à vous redresser et continuer le parcours."